819 563-1571 poste 107

79, rue Wellington Nord, bureau 302

Top
Pôle d’entrepreneuriat collectif de l’Estrie  / Conseils  / Déprime de novembre ou épuisement professionnel? par Isabelle Ducharme
27 Juin

Déprime de novembre ou épuisement professionnel? par Isabelle Ducharme

Les feuilles sont tombées, on a changé l’heure, l’excitation de l’Halloween est passée : bienvenu dans le mois de novembre. Un mois où la lumière du soleil nous taquine moins le bout du nez et, parfois, les gens voient leur moral décliner au fil des jours.

En effet, il arrive que le mois de novembre accentue, non pas une simple déprime passagère, mais bien des symptômes d’épuisement professionnel. Et malheureusement, nos environnements de travail constituent parfois des terrains fertiles pour des montées en flèche du stress.

Lorsqu’au lever le matin, vous n’avez que l’envie de vous recoucher, que votre appétit décline, que tout vous tombe sur les nerfs, que des crises de larmes se multiplient sans raison apparente, que vous avez des accès de colère fréquents, peut-être êtes-vous sur la pente glissante de la détresse psychologique en milieu de travail.

Les experts estiment que, lorsque les symptômes décrits ci-haut se manifestent de façon continue pendant deux semaines, on est en détresse psychologique. Deux semaines! 15 jours!  Pas 3 mois, deux semaines! Si c’est le cas pour vous, il est temps d’agir maintenant!

D’abord, posez-vous la question : quelle est LA chose qui m’a demandé le plus d’énergie au cours des derniers 6 mois? C’est LE domaine dont vous voudrez prendre soin en tout premier lieu. Ne tentez pas de régler TOUT ce qui vous énerve : une chose à la fois.

Par la suite, je vous offre cet outil de gestion du stress tiré du Mammouth Magazine, publié par le Centre d’études sur le stress humain. (Ça pique votre curiosité, hein? Cliquez sur ce lien pour en savoir plus).

C.I.N.É. : Souvenez-vous de cet acronyme. C.I.N.É, ce sont les quatre types de situations susceptibles de créer de la détresse psychologique.

C= Lorsque j’ai l’impression de ne pas être en Contrôle
= que je doive constamment faire face à des Imprévus
N =  ou à de la Nouveauté
É  = que je sente que mon Égo est menacé

Par exemple, si…

  • je ne peux participer aux décisions quand à mes tâches, à mes conditions de travail;
  • je dois constamment m’adapter à de nouvelles technologies, m’occuper de la page Facebook de l’organisation alors que je n’y connais rien;
  • mes horaires de  travail fluctuent souvent et que je ne sais pas d’avance à quoi ils ressembleront;
  • j’ai l’impression que Monique scrute mon travail pour me prendre en défaut, qu’Alain se moque de mes idées et suggestions, que Lorraine hausse souvent le ton lorsqu’elle me parle…

Autant de situations génératrices de stress au travail qui, en bout de ligne, peuvent me mener dans une situation professionnelle et personnelle difficile.

Que faire? Un outil parmi tant d’autres : pratiquer le recadrage. Se pratiquer à recadrer une situation, c’est développer le muscle qui vous permet de voir les choses d’un autre œil. Oui, ok, peut-être bien que Monique porte une grande attention à mon travail et ça me dérange. Ça, c’est une façon de le voir. Y’en aura-t-il une autre? Quel autre cadre puis-je donner à cette façon qu’à Monique de suivre ce que je fais? Peut-être qu’elle ne sait pas trop comment faire sa tâche à elle et qu’elle m’observe afin de trouver des trucs? Peut-être…Le but du recadrage, c’est de trouver des alternatives à mes perceptions, à mes façons de voir les choses; idéalement, de me mettre percevoir les situations de façon à ce qu’il y ait quelque chose de positif à mes yeux.

Alors prenez soin de vous en ce mois de novembre, sortez les couvertures, profitez du froid qui s’installe pour cuisiner un p’tit quelque chose pour partager au bureau. Profitez de novembre au lieu de le subir (ça, c’est mon recadrage à moi pour ce mois de prime abord peu excitant).

No Comments

Post a Comment