819 563-1571 poste 107

79, rue Wellington Nord, bureau 302

Top
Pôle d’entrepreneuriat collectif de l’Estrie  / Actualités  / La Coopérative de solidarité du Grand-Bois
12 Sep

La Coopérative de solidarité du Grand-Bois

Un lieu de rassemblement pour dynamiser la communauté

À Saint-Étienne-de-Bolton, l’initiative citoyenne a contribué à faire naître un véritable lieu de rassemblement. Bistrot invitant, terrasse conviviale, salle d’exposition et commerce de produits de première nécessité sont autant de volets qui incarnent l’essence même de la Coopérative du Grand-Bois. Maintenant, personne ne pourrait s’en passer!

Saint-Étienne-de-Bolton est une communauté paisible de la MRC Memphrémagog où se côtoient quelque 600 résidents permanents et presque autant de résidents saisonniers. La population aime ce coin de pays pour son environnement naturel et pour sa quiétude.

Besoins et priorités

Vivre dans le calme de la campagne des Cantons-de-l’Est, cela a ses avantages et ses inconvénients. En 2008, à Saint-Étienne, cela faisait déjà 5 ans qu’il n’y avait plus de dépanneur, et il restait bien peu de services dans la communauté. C’est à cette époque que le conseil municipal a mobilisé sa population afin d’identifier les besoins et les priorités de développement à travers une démarche de planification stratégique. Une centaine de citoyens ont répondu à l’appel et ont participé aux rencontres. Ensemble, ils ont identifié leurs priorités. En tête de liste : « développer, au centre du village, un pavillon multiservice, un lieu de rencontre et des services de proximité. » Bref, la population souhaitait le retour du fameux magasin général de leurs ancêtres où tout le monde se rencontrait et avait accès à diverses commodités.

L’idée d’une coopérative

Un comité s’est formé et a commencé à réfléchir aux possibilités qui s’offraient à lui. Rapidement, le concept de coopérative de solidarité a obtenu les faveurs du groupe. Certes, ç’aurait pu être un organisme à but non lucratif, mais la formule coop était synonyme de participation des membres et d’implication citoyenne, ce qui plaisait particulièrement aux résidents.

La démarche

Les bénévoles impliqués dans le projet ont eu beaucoup de pain sur la planche. Bien que les résultats soient aujourd’hui visibles et tangibles, l’équipe ne cache pas l’ampleur des difficultés rencontrées pendant les premières années de mise en place de la coop.

D’abord, il leur a fallu élaborer un plan d’affaires et recruter des membres parmi la population du village. Ensuite, l’acquisition d’un local s’imposait : il fallait trouver un bâtiment bien situé et pouvant être transformé en commerce. Ce n’était pas chose facile! « On devait être au centre du village. Il y a environ 10 maisons seulement! », explique monsieur Noëlandré Delisle, ancien président de la coopérative. Pourtant, les membres ont réussi à dénicher une maison qui répondait à leurs critères. Ils l’ont rénovée et lui ont fait subir toute une métamorphose : elle renferme maintenant une cuisine commerciale, une boutique et même le bureau de poste du village, lequel était menacé de disparaître faute de locaux disponibles.

Aménager le bâtiment pour en faire un restaurant-bistrot avec une terrasse et une boutique ne fut pas une mince affaire. L’équipe a dû apprendre le métier au fur et à mesure qu’elle avançait. Il fallait démêler les permis et les règlements, en plus de gérer les volets d’alimentation et de restauration du commerce. Il était aussi important de bien coordonner les rôles des membres pour favoriser leur implication. Ces facteurs ont amené le groupe à réaliser quelque chose d’important, au fil des mois : tout cela ne pouvait reposer que sur du bénévolat! Il fallait avoir un gestionnaire compétent pour voir à la bonne gestion des activités.

N’empêche, malgré les difficultés rencontrées, l’objectif initial a été atteint : Saint-Étienne a maintenant son magasin général version améliorée, puisqu’en plus des divers commodités et produits régionaux, on y retrouve le bistrot, des activités sociales et culturelles, un kiosque touristique et un accès Internet communautaire. Pour réaliser tout cela, le comité a reçu l’appui de plusieurs organismes d’aide au développement économique.

L’impact dans la communauté

La Coop du Grand-Bois a finalement vu le jour en 2010. Trois ans plus tard, grâce à l’organisation, les citoyens se connaissent davantage et vivent une véritable dynamique communautaire. Le fait d’avoir un lieu de rencontre comme la Coopérative du Grand-Bois crée des possibilités qui n’existaient pas avant. De plus en plus d’activités commerciales et communautaires sont organisées. Les Stéphanois et Stéphanoises y achètent de bons plats maison pour emporter, y admirent des œuvres d’artistes talentueux et y passent du bon temps à simplement discuter autour d’un verre sur la terrasse. Qui plus est, ils n’ont plus à parcourir des kilomètres pour s’acheter une simple pinte de lait! La coopérative compte à ce jour plus de 200 membres!

Noëlandré Delisle croit que d’autres municipalités pourraient elles aussi fonder ce type d’entreprise dans leur milieu. Chaque endroit est différent, certes, mais toutes les communautés possèdent un atout précieux au pouvoir insoupçonné : leur population. Lorsque des citoyens et citoyennes désirent quelque chose et qu’ils y mettent les efforts nécessaires, ils peuvent accomplir de grands projets. Il suffit de bien identifier les besoins locaux, de s’entourer des bonnes ressources et de prendre le temps de préparer le projet, malgré le sentiment d’urgence qui peut se faire ressentir. L’appui de la municipalité est par ailleurs un atout déterminant de la réussite d’une telle initiative.

Merci à monsieur Noëlandré Delisle, qui était président de la coopérative au printemps 2014, et qui a accepté de nous partager son expérience!

No Comments

Post a Comment